Continuer à s’informer :

Non à la privatisation de la mémoire familiale  31 juilet 2010

http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/07/31/non-a-la-privatisation-de-la-memoire-familiale_1394413_3232.html

La réutilisation des données nominatives ? Gare au fichage des individus !

L’Association des archivistes français soulève le problème éthique posé et en appelle au respect des libertés individuelles, mardi 6 juillet 2010 :

http://www.archivistes.org/La-reutilisation-des-donnees

——————————————————————————————————

Vous avez signé la pétition pour la généalogie libre ?

Continuez…….

extr : « Dans le cadre de la réutilisation des archives publiques, il faut distinguer deux cas :

* le cas où les images numériques des archives sont réalisées par les collectivités ; dans ce cas, ces images sont la propriété des archives et celles-ci en définissent les modalités de diffusion et de réutilisation.

* le cas où les images sont effectuées par les généalogistes eux-mêmes lors de leur visite aux archives.Dans ce dernier cas, certaines archives permettent aux généalogistes de rediffuser ces photos à titre non commercial avec la simple obligation de citer la source des documents. D’autres ont changé leur règlement et imposent le paiement d’une somme comprise entre 5 et 20 euros par image !   »

http://appelgenealogielibre.free.fr/

« En novembre dernier, GeneaNet a relayé auprès de ses abonnés l’Appel pour la Généalogie Libre basée sur l’échange et le partage : http://appelgenealogielibre.free.fr

Cet appel a connu un très grand succès : plus de 75 organisations liées à la généalogie et près de 30 000 personnes l’ont signé. Plusieurs élus, de tous bords politiques, ont également accepté de soutenir cet appel (liste consultable sur le site).

Parallèlement, le ministre de la Culture et de la Communication a répondu favorablement à certaines de nos interrogations, relayées par le président de la Fédération Française de Généalogie (FFG) lors du dernier Conseil supérieur des Archives.

Il reste néanmoins que chaque département est libre d’appliquer sa propre réglementation.

C’est au coeur des conseils généraux, dont vous élisez les représentants lors des élections cantonales, que les règlements des archives départementales peuvent être amendés afin de prendre en compte les besoins des généalogistes. C’est donc auprès de votre conseiller général qu’il faut désormais agir si vous souhaitez que votre pratique de la généalogie soit prise en compte.

C’est la raison pour laquelle nous vous invitons aujourd’hui à écrire directement à votre élu pour attirer son attention sur les freins que vous rencontrez ou pourriez rencontrer dans la pratique de votre passion. Un modèle de lettre-type est à votre disposition ainsi que les modalités pour contacter le conseiller général de votre canton

http://appelgenealogielibre.free.fr/courrier.html

C’est en recueillant le soutien d’un maximum d’élus dans chaque département que nous pourrons faire entendre la voix des généalogistes !

Nous comptons sur vous » .
L’équipe GeneaNet.


Soutenez la Généalogie Libre !à  cliquer, à signer !