A la séance du 20 PLUVIOSE AN 7 de l’ agence municipale de la commune de St Paul on a examiné la requête du secrétaire greffier de la commune (je devrais dire les plaintes de celui ci ).

Le sieur Jean d’ENGUY se sent en effet maltraité dans son travail : il est « surchargé d’écritures, tant pour les affaires courantes du bureau que pour les déclarations, levées de cadavres, appositions de scellés, inventaires, constatations de délits, mesures de sureté, informations, interrogatoires, correspondances « Et surtout grande injustice l’agence municipale de St Denis a deux greffiers et n’est peut etre pas autant occuppée que lui » On a ensuite transmis cette requête à l’Assemblée Coloniale . Etait ce suffisant pour attirer l’ attention de cette assemblée coloniale ? à l’évidence non car à cette requête est jointe une sorte de pétition rédigée par les agents municipaux qui vont  «  certifier que le secrétaire greffier de cette commune est extrêmement surchargé d’ ouvrage » ! Qu’il « est d’une nécessité absolue que cette commune aye un commis greffier ».

On le voit, de l’époque révolutionnaire à aujourd’hui, le service de la justice suscite doléances et pétitions !

Laurence Noël

© Laurence NOËL.

TEXTES ET DOCUMENTS SOUMIS À L’AUTORISATION DES  AUTEURES

Publicités