You are currently browsing the tag archive for the ‘Joseph Ricquebourg’ tag.

SEGUY d’OLIVIER x NOËL
RICQUEBOURG x MACÉ
Le 5 janvier 1756 et le 23 sept 1757, par devant le notaire Pierre Dejean, résidant au quartier St Paul,
*Bertrand Seguy d’Olivier et Jean Hoarau pour Marie Catherine NOËL (1-3 a1)
*Hyacinthe Ricquebourg pour son fils mineur Joseph et Jean Mathurin Macé pour sa fille mineure Marie Heleine Macé vont signer un contrat de mariage .


LES PARTIES
Pour l’acte du 5 janvier 1756, nous avons Bertrand Seguy d’Olivier, chirurgien major de la Cie des Indes, 33 ans demeurant au quartier St Paul. Ses père et mère François Seguy d’Olivier et dame Catherine Garriner demeurent en la ville de Montrejeau, diocèse de Comminges en Gascogne. Le futur époux déclare qu’ils ont donné leur accord ( de toute façon qui pourrait le vérifier ?)
Jean Hoarau,(1706-1782), habitant St Paul, en qualité de tuteur de la future épouse Marie Catherine NOËL (1736-1800) car les père et mère de celle ci, à savoir Georges (1-3) et Thérèse Noël sont morts en 1741 pour elle et 1755 pour lui. Il est l’oncle maternel de Marie Catherine car il a épousé Marie NOËL(1706-1792), soeur de Thérèse. Ainsi que nous l’avons vu, Georges Noël et Thérèse Noël ont réunis par leur mariage les deux lignées de Noël arrivées dans l’île Bourbon. Marie Catherine est la petite fille de George Noël et de Catherine Royer et la soeur de Georges Henry, l’arpenteur, mais aussi la nièce de Louis Noël, la cousine germaine de louis Noël-Lamarre, Jean Jacques Cazanove, Marie Rodier de Lavergne, Marie Françoise Lépinay(mère de Gilles Payet). Toute cette énumération pour montrer la proximité familiale de nos ancêtres pour parvenir à retrouver ceux qui gravitaient autour d’eux et n’avaient pas d’identité, soient leurs esclaves. Car ainsi que nous l’ avons vu, si Gilles Payet a eu 2 enfants Marc et Delphine avec l’esclave Olivette, celle ci était dans la propriété de son oncle, Julien Hyacinthe Olivier Payet et susceptible d’y être née !
Pour le mariage du 23 septembre 1757, nous avons d’ une part :
*le sieur Hyacinthe RICQUEBOURG, gens d’arme, demeurant au quartier St Paul, et stipulant pour son fils mineur de 24 ans , Joseph RICQUEBOURG, aussi gens d’ arme et qui demeure avec lui.
D’ autre part:
*le sieur Jean Mathurin MACÉ aussi gens d’ arme, et son épouse Marianne BAILLIF, stipulant pour leur fille de 18 ans, Marie Héleine MACÉ .
Nous voyons donc trois gens d’ arme à cet acte ! Notons qu’ à l’ époque il s’agissait de la police militaire. Nous remarquons que l’ identité de la mère du futur époux n’ est pas mentionnée ce qui est inhabituel . Il est vraisemblable que le notaire n’ avait pas posé de questions sur celle ci alors que Hyacinthe RICQUEBOURG était veuf à deux reprises soit de Elizabeth HIBON (mère de Joseph) et de Suzanne BACHELIER.
LES BIENS
Les parties vont soumettre leur future communauté de biens à ce qui était la loi de Bourbon, soit la coutume de Paris. La coutume de Paris sera d’ ailleurs reprise dans la plus part de ses éléments par le code civil.
Mais avant d’ en venir à ce qui composera la future communauté, il faut inventorier les biens possédés et leur donner destination.

Pour Marie Catherine NOËL, l’orpheline de père et mère,
«ses biens meubles se montent suivant les inventaires qui ont été faits après leur décès, à la somme de sept mille cent quarante neuf livres, dix sols, cinq deniers déduction faite de la somme de mille cent soixante dix livres, quinze sols, sept deniers que la delle future épouse doit pour sa moitié des dettes passives portées au grand inventaire fait le 19 avril 1751 et le 1er octobre 1755 ; quant aux immeubles le montant ne peut ici être constaté attendu que le partage n’ a pas encore été fait » «  desquels biens meubles se montant à la somme de 7149 livres, 10 sols, 5 deniers i compris le nombre de 18 esclaves masles et femelles, grands et petits »
Aussi, à défaut des deux inventaires, nous ne pouvons connaître les caractéristiques de ces 18 esclaves qui ont été inventoriés et prisés afin que la succession soit évaluée .
Puis le notaire énonce, tout comme il le fera pour Marie Heleine Macé, que seul le premier tiers des biens de la future épouse entrera en communauté, les deux tiers restant des biens propres ainsi «que ceux qui pendant le mariage lui adviendra et échéra par succession, legs ou autrement tant meubles qu’immeubles suivant la coutume de Paris»

Pour Marie Heleine Macé si un tiers de ses biens entreront en communauté comme pour Marie Catherine, les biens mentionnés sont d’ origine différente. Tout d’ abord, elle reçoit en avancement d’ hoierie de la part de ses parents :
* un terrain de 10 gaulettes, situé à la Montagne de St Paul, borné d’ un côté par les héritiers de Pierre MUSSARD et de l’ autre par Noël HOARAU, à monter jusqu’ au sommet de la montagne.
*des effets des mobiliers cy après à savoir
– 3 esclaves dont 2 masles et 1 femelle et ont les noms pour CUPIDON, malgache, agé d’ environ 23 ans;BAZILE créole agé d’ environ 16 ans et GERTRUDE créole agée d’ environ 18 ans
– en plus la somme de 200 piastres savoir 100 en pièces d’ espagne et 100 piastres en billets de caisse .

Mais la delle Macé avait d’ ores et déja des biens qui lui appartenaient en propre soit:

« une négresse malabare nommée FELICITE, agée d’ environ 12 ans et 12 tant bœufs que vaches qui sont dans le troupeau de ses père et mère marqués à la marque de la delle future épouse lesquels biens meubles proviennent d’ une donation faite par le testament du défunt Jacques Macé son grand oncle . »
(comme au Far West les troupeaux étaient marqués, renseignement non dénué d’ intérêt, à quand un western historique ?)
Voila donc ce qu’apportent les futures épouses. On ne peut que constater qu’elles avaient de quoi s’établir, terres, esclaves et argent . En ce qui concerne les futurs époux :
SEGUY d’ OLIVIER  apporte la somme de 600 piastres d’ espagne à titre de douaire préfixe et donnée en usufruit ;
Joseph RICQUEBOURG, lui apporte ce qu’il a  reçu en avancement d’ hoirie, soit «  les noirs cy après : ANDRE,30 ans, MARIE 20 ans sa femme, tous deux créoles de cette isle, OLIVE agée de 5 ans,créole enfant des dits ANDRE et MARIE, BAPTISTE aussi créole agé de 25 ans et THOMAS aussi créole agé de 12 ans, plus 100 piastres en billets de caisse, un lit garny d’ un matelas, draps de lit, couverture et oreillers. » Joseph RICQUEBOURG donne pour sa part en douaire préfixe la somme de 500 piastres.
Il existe donc une nette différence entre les deux futurs époux, sans doute due au fait que les biens familiaux de SEGUY se trouvaient en Gascogne et non à Bourbon.
Les témoins à ces deux actes sont :
Pour le contrat SEGUY/NOËL  : François  LELIEVRE, bourgeois de cette île ; Jean Baptiste  AUBER du CHATEAU, officier de bourgeoisie.
Pour le contrat RICQUEBOURG/MACÉ :Jean Antoine  DAIN et Bertrand d’OLIVIER (notre 1er futur époux), tous  deux anciens chirurgiens major de la Cie des Indes ;
Vont signer au 1er contrat  SEGUY d’ OLIVIER et Marie Catherine NOËL ainsi que J. HOARAU et J. HOARAU L’ETANG , J. LORET et AUBER DU CHATEAU, François LELIEVRE fils outre le notaire DEJEAN .
Au 2 ème contrat signent  Mathurin MACÉ, Joseph RICQUEBOURG et DE RICQUEBOURG ainsi que MH MACE, d’OLIVIER et DAIN ainsi que HIBON DEJEAN et un autre DEJEAN. Seule Marianne BAILLIF a déclaré ne pas savoir le faire.
Une curiosité juridique, il y a plus de signatures que de personnes présentes à l’ acte ! aucune mention n’ est faite dans les actes de J LORET,J HOARAU L’ ETANG ?
Mais ces deux contrats révèlent la proximité sociale, des chirurgiens de la Cie des Indes  et des bourgeois au sens propre du terme. Cette proximité se poursuivra lors du contrat de ratification du 27 octobre 1766 (?) effectuée par dame Catherine  Noël puisque nous y retrouverons à titre de témoins, Antoine LELIEVRE fils, officier du port et Gilles Gildas BOUVRON, maitre canonnier .
Dame Catherine Noël après lecture faite du contrat   »  l’ a eu pour agréable et par conséquent l’ a ratifié, approuvé et confirmé de telle sorte qu’il porte son plain et entier effet  »


Mais le plus remarquable de modernité est la signature de Marie Catherine  Noël ! dans le contrat de mariage, elle y signe « Marie Catherine NOËL » et dans l’ acte de ratification, quelques années plus tard  « NOËL D’OLIVIER » elle n’ a pas perdu son nom comme certaines nouvelles épouses s’ y croient obligées ENCORE aujourd’hui, elle a seulement accolé le nom de son époux au sien.


Si l’on pense au statut d’infériorité juridique qui était celui des femmes autrefois (incapacité totale), on se dit que, sur le statut du nom de la femme mariée, nos grand mères étaient plus en avance que la majorité des femmes actuelles. Sur ce point et bien d’ autres, nous n’ avons pas du tout progressé.

Laurence NOËL

NOTER: ces deux contrats pour avoir été rédigés par le même notaire ont des caractéristiques identiques dans leur formulation.Pour les chercheurs il y a intérêt à comparer plusieurs actes du même rédacteur en cas de mots ou paragraphes illisibles ou incompréhensibles.

© S & L NOËL
TEXTES  ET DOCUMENTS SOUMIS À L’AUTORISATION DES AUTEURES AVEC CITATION DE L’ URL DU BLOG

 

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 26 autres abonnés

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 26 autres abonnés