You are currently browsing the monthly archive for octobre 2011.

Hello, old chap,

Et bien, vieux pirate, cela fait maintenant deux ans que tes petites, toutes petites filles, ont décidé d’ouvrir un blog en ton honneur et en celle de ta descendance! J’ai lu avec attention les différents articles de ce blog et je suis en admiration devant le travail accompli durant ces deux années : avec quelle ténacité et quel amour, les auteurs essaient d’en apprendre toujours davantage sur toi ! Aussi vais-je essayer, de mon côté, d’apporter ma contribution pour fêter ce deuxième anniversaire.
De même que tu as été un proche de John Bowen, de mon côté, j’avais l’oreille d’Olivier Levasseur. Aussi vais-je te parler d’une chose qui, à son époque, ne se disait qu’à voix basse, car personne, hormis moi , n’en connaissait le secret. D’un autre côté je pense que l’excellent travail accompli par Laurence et Sabine mérite récompense. Toutefois, je n’ai pas l’intention de révéler quelque secret mais parlerai simplement de ce que j’ai ouï dire.
J’ai donc été un des compagnons de "La Bouche"! Pourquoi ce sobriquet ? : Il manipulait les bouches à feu avec une dextérité et une rapidité déconcertantes !
Mais il était plus connu sous le nom de "La Buse"car, comme un rapace, il savait fondre avec audace sur sa proie lorsqu’il montait à l’abordage, jetant l’effroi parmi ses adversaires.
Je ne reviendrai pas sur l’ambiance et la moralité qui régnaient à bord : nous étions des "PIRATES" avec nos propres lois et nos coutumes et ce n’est pas à toi, old chap, que je vais le rappeler.
Nous avons sillonné la plupart des mers mais, en dernier l’Océan Indien avait notre prédilection.Nous le connaissions jusqu’au moindre îlot et étions toujours prêts à nous prévenir d’une attaque ! Des cachettes, il y en avait partout et plus d’un d’entre nous y a mis en sécurité magots et autres trésors.
Et c’est dans une de ces îles, qu’un jour, à la tombée de la nuit, Levasseur ordonna à un de ses hommes de le suivre discrètement. Tous deux, étaient armés de fusils et de pistolets. Ils emmenèrent avec eux deux prisonniers qui eurent pour mission de hisser à dos de mulets plusieurs caissettes ainsi que des outils de terrassement, puis les quatre hommes, dont deux portaient des torches, s’enfoncèrent dans la forêt !
Je ne revis La Buse que dans la journée du lendemain : il m’adressa normalement la parole. De mon côté, connaissant son caractère soupçonneux, j’évitai, par prudence de lui poser des questions. Toutefois, je connaissais bien son complice : c’était un homme d’une fidélité à toute épreuve suer lequel, donc, on pouvait compter, mais il avait pour défaut de s’adonner à la boisson.Un jour, je rencontrai "le Portugais" (c’était la nationalité de l’homme en question) dans un tripot au bord de la plage. Après avoir ingurgité moult calebasses de rhum, il se laissa aller à faire quelques confidences mais sa conversation était presque incompréhensible car il mélangeait facilement toutes les langues, de plus sa voix était un peu inaudible. Toutefois, il insista plusieurs fois sur le mot "Cruzeiro do Sul": il s’agissait, sans nul doute, de la Croix du Sud, constellation dont l’étoile fixée à la base du plus grand bras, guide les navigateurs vers le Pôle Sud! Il semble donc qu’il y avait un lien permettant de cibler la cachette du trésor de La Buse par rapport à la position de cette constellation ; le tout était de savoir s’en servir et à quelle heure ! C’est ce qui explique que l’opération d’enfouissement eut lieu de nuit et que Levasseur et son complice ne sont revenus que le lendemain et…seuls ! Quelques jours plus tard, des débris humains, dont la tête du Portugais, furent retrouvés à l’embouchure du fleuve, non loin de notre camp de fortune, là où requins et crocodiles ont pour habitude de se livrer des combats féroces pour la plus grande joie des "parieurs".Mort naturelle à la suite d’une ènième beuverie, peut-être, sinon Quid !?
Après la mort mystérieuse de son complice, La Buse prit du repos forcé, attendant une occasion propice pour pouvoir jouir de sa fortune dans un coin plus hospitalier, mais la suite est connue : l’arrestation puis la pendaison.
Après l’exécution de Levasseur, plus rien ne m’empêchait d’aller moi-même mettre la main sur cette fortune inespérée mais, par les cornes du diable, la Providence ne m’en laissa pas le temps et le mystère jusqu’aujourd’hui reste entier! D’autre part, l’endroit supposé a déjà fait l’objet de plusieurs secousses sismiques. Il n’y aura donc plus personne pour révéler l’endroit approximatif et puis il y a déjà eu trop de victimes pour le retrouver! Pourquoi en rajouter?
Ce que je peux affirmer, cependant, c’est que beaucoup se trompent quant au lieu. Personne, durant son interrogatoire, n’a pu soutirer à La Buse le moindre renseignement et le cryptogramme lancé à la foule n’a été qu’un leurre. Toutefois, une seule personne semblait posséder quelques renseignements à ce sujet mais n’en connaissait pas l’essentiel. De qui les tenait-il? Peut-être du Portugais car, tout comme ce dernier, Juan C…. était un "ibérique"!
Ce personnage que tu connais fort bien,et pour cause, s’était fait une place au soleil à Bourbon où il était à la tête d-une entreprise de transport par voie maritime. 
Juan C…. connaissait toute la région et peut-être a-t-il entrepris des recherches pour retrouver le trésor de La Buse, nous ne le saurons jamais car il mourut de mort mystérieuse à Palacol, Comptoir hollandais de l’Inde.
Old chap, tu diras à tes arrière-arrière petites filles, qu’elles ont su faire le bon choix en dirigeant leurs recherches de ton côté plutôt que vers quelque chose d’introuvable ! Comme je sais qu’elles sont tellement attachées à leur île, je leur fais cadeau de ces quelques révélations ; qu’elles sachent bien, toutefois, que leur vrai trésor, c’est leur magnifique blog.

ton compère:

VENT DE NOROIT

© JMA. TEXTES  ET DOCUMENTS SOUMIS À L’AUTORISATION DE L’AUTEUR AVEC CITATION DE L’ URL DU BLOG


Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 26 autres abonnés

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 26 autres abonnés