Pour les deux ans du blog,  et quelques centaines d’ années d’anniversaire de l’installation de George Noël à l’Ile Bourbon, voici son contrat de mariage avec Catherine Royer.

Il ne nous apprend pas grand chose de plus, mais peut mettre définitivement fin aux erreurs concernant le patronyme de la mère de George Noël. Car, une erreur se répète régulièrement, içi et là.  Il ne s’agit pas d’Anne REBEQUE, mais de Rebecque NOËL, un "dame" ayant été interprété et recopié comme "Anne".

"Aujourd’huy, vingt troisième aoust mil sept cent quatre ont comparu devant nous Antoine Boucher, secrétaire établi pour la Royale Compagnie des Indes oriantales de France en l’Isle Bourbon, les nommés George Noël, fils de Thomas et de  Rebecque  ces père et mère natif de la ville de Londres en Angleterre, demeurant dans cette Isle dans la paroisse de St Paul d’une part , et Catherine Royer fille de Guy Royer et de Catherine Bellon ces père et mère native de l’Isle de Bourbon paroisse de St Paul d’autre part entre quelles parties est convenu les faits de mariage, …."

Le contrat de mariage est succinct. Aucun bien n’est décrit, ni inventorié. La communauté de biens restera par moitié au dernier vivant et par moitié à ses enfants, si l’un des deux mariés est amené à disparaître avant l’autre. Catherine, ne sachant signer est représentée par le Sieur de St Germain et ses parents par Jacques Béda et Ellye Le Breton, deux de leurs gendres.

Dans ce registre, tenu par Antoine Boucher, l’acte suivant concerne la donation d’un terrain à la montagne, d’Antoinette, "Thoinette" Arnaud ( le patronyme est écrit par trois fois dans l’acte Renaud), à la jeune Catherine, 13 ans, sa petite fille.

Quelques jours plus tard, sera enregistrée la donation  des parents Royer à Simon Deveau, leur beau fils.
"l’emplacement d’une maison sur les roches borné d’un bois de senteur par en bas et d’en haut d’un benjoin"  en échange de l’emplacement sur les sables  qu’il délaisse au profit de George Noël, s’il devient bien le mari de Catherine.

Ce qui fut dit fut fait, puisque dés le 11 septembre, George, le "prétendant" , devenu mari le  9  , "troquera" cet emplacement contre celui d’Elyye Le Breton, toujours sur les Sables de St Paul. Ce dernier gendre ayant reçu, par ailleurs, aussi une habitation à la montagne pour le gratifier de "longs et pénibles travaux" réalisés chez ses beaux parents. Guy , "L’ Eveillé", retient ses gendres dans un maillage complexe et efficace.

L’habitation de George se trouvera donc à la suite de ce double échange au n° 16 sur le plan de Champion.

Sabine Noël

Tous les articles concernant George sont classsés dans la rubrique George Noël  et/ou Famille Noël.
Un index chronologique, interrogeable en clicquant sur chaque titre, se trouve aussi en bandeau du blog.
de même pour les mots surlignés ou colorés qui vous renvoient vers d’autres pistes. Bon voyage.

© Sabine NOËL

TEXTES  ET DOCUMENTS SOUMIS À L’AUTORISATION DES AUTEURES AVEC CITATION DE L’ URL DU BLOG